REPRISE À DISTANCE : QU’EN PENSENT LES ÉLÈVES ET LES PROFESSEURS ?


21 Jan
21Jan
Anaïs Mesbah & Jeanne Neybecker, le 21/01/2021


Depuis maintenant près de deux semaines, tous les élèves du lycée Jules Verne, mais aussi les professeurs font cours à distance. Alors que la date de reprise « en présentiel » a été annoncé il y a peu, c’est l’occasion de savoir ce que pensent élèves et profs de ce système d’enseignement qu’ils ont déjà connu l’année dernière pendant de longs mois.

QU’EN DISENT LES ÉLÈVES ?

Nous avons souhaité savoir ce que pensent les élèves de l’enseignement à distance (EAD). Pour cela, nous avons effectué un sondage. Notre question était la suivante : « êtes-vous contents de la reprise en EAD ? ». Sur 62 élèves du Lycée Français Jules Verne de Johannesburg, 45% (28 élèves) ont affirmé être contents de ce retour en distanciel, face à 55% (34 élèves) qui eux, ont affirmé ne pas être ravis à l’idée de cette reprise assez atypique. 

On observe donc que les avis sont plutôt mitigés. Pour en comprendre les raisons nous avons interrogé plusieurs élèves, de différents âges et opinions. 

Les problèmes des cours à distance sont tout d’abord le sentiment de stress qu'éprouvent les élèves lié à la masse de travail donnée. La concentration peut être assez compliqué en raison des différentes distractions. La peur d’oublier certains devoirs, le manque de relations, que ce soit entre élèves ou avec les enseignants ou le fait de ne plus pouvoir changer d’environnement sont aussi des éléments soulevés par les élèves interrogés. 

En revanche, les élèves que les cours en ligne ne dérangent pas soulignent différents avantages. Nous sommes tout d’abord plus protégés du virus. Ceux que nous avons interrogé parlent aussi de l’entraînement à la vie étudiante, où les cours ne se feront pas tout le temps en présentiel, du développement du travail en autonomie. Il y’a aussi le fait d'éviter les longues journées qui amène (plus souvent au lycée) à effectuer des aller-retour entre l'école et la maison, cette reprise permet également de gagner du temps et en profiter pour s’avancer sur diverses productions. 

ET LES PROFESSEURS ?

Que serait un lycée sans professeurs ? Nous avons donc demandé à quelques-uns de nous faire part de leur ressenti sur l’enseignement à distance. 

Mme Gumbo, professeure d’anglais et de littérature américaine, parle pour l’ensemble des professeurs, en affirmant qu’elle n’apprécie pas l’EAD. « Nos élèves nous manquent, nous ne voulons pas parler à des écrans noirs et à des prénoms sur un ordinateur, et à la longue, devoir rappeler aux élèves de désactiver et réactiver leurs micros peut devenir pénible ». Malgré les inconvénients qu’elle avance, Mme Gumbo explique qu’au vu du nombre de malades et de morts et des hôpitaux surchargés il faut faire notre possible afin de ne pas s’exposer aux risques de cette pandémie. « Nous devons faire des sacrifices pour la sécurité de tous, avant de trouver un vaccin et d’en avoir fini avec ce virus, qui nous hante depuis maintenant plus d’un an », nous confie-t-elle. 

Certains professeurs comme Mme Millet, professeure d’Histoire-Géographie, confirment que cette reprise atypique est nécessaire compte-tenu de la situation sanitaire, bien que cela soit frustrant de faire face à des écrans noirs. « Évidemment, ce n'est pas la façon dont j'aime enseigner : être devant les élèves est le cœur de mon métier car j'aime l'interaction »

D’autres obstacles rencontrés par certains professeurs sont le fait de devoir s’occuper de leurs cours, et de ceux de leurs enfants. M Staes, professeur d’Histoire-Géo, nous fait part de la complexité de devoir « jongler » entre ses zooms, la préparation des cours et l’organisation des zooms de ses deux filles, en GS et CE1, donc pas encore autonomes.

L’ensemble des professeurs interrogés révèlent que cette reprise est d’autant plus compliquée pour les élèves en difficultés, qui auraient besoin d’être suivis de plus près. « La difficulté est le suivi des élèves les plus fragiles, les plus en difficultés et, à mon sens, les difficultés d'acquisition de connaissances », explique M Louis, professeur de SVT. 

Cependant, malgré tous ces aspects négatifs, l’enseignement à distance permet aux élèves d’acquérir plus d’autonomie et d’améliorer leurs compétences liées à l’utilisation des outils informatiques, nous disent les professeurs. 

Ainsi, c’est une rentrée atypique, qui ne fait pas l’unanimité, mais qui reste primordiale compte-tenu de la situation sanitaire actuelle. Heureusement, cela ne va pas durer longtemps. Les dates de reprise ont d’ores et déjà été annoncées. Ce sera le 1er février pour les élèves de Terminale et de maternelle. Pour tous les autres, ce sera une semaine plus tard, le 8 février.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.