CETTE ANNÉE, LE BAC ENCORE FRAPPÉ PAR LE COVID


07 Nov
07Nov
Julien Trévian, le 07/11/2020

Le ministère de l’éducation nationale a fait hier soir une annonce inattendue à propos des épreuves de baccalauréat des élèves de Première et de Terminale. Les E3C, c’est-à-dire les épreuves communes de langues vivantes, d’Histoire-Géographie, d’Enseignement Scientifique, ainsi que la spécialité abandonnée pour les Premières. Des épreuves qui seront remplacées par les notes obtenues pendant l’année. 

Les autres épreuves, à savoir le Français en Première ainsi que les épreuves de spécialités, de Philosophie et le Grand Oral en Terminale sont conservées, pour le moment - rien n’exclut en effet que l’évolution de l’épidémie en France remette en cause cette décision pensent de nombreux élèves.

La décision, prise en concertation avec le comité de suivi de la réforme, a pour but de garantir plus d’égalité entre les candidats dont le suivi des cours ne se fera plus uniquement en présentiel. Un protocole sanitaire renforcé a en effet été mis en place dans les établissements en France depuis le 2 novembre empêchant dans certains cas l’accueil de tous les élèves en même temps.

Comme l’explique le communiqué du ministère, deux sujets seront proposés pour s’assurer que les élèves seront interrogés sur une partie du programme qu’ils auront étudiée. Le choix du sujet sera laissé à l’appréciation des professeurs.

De plus, deux sessions d’épreuves sont prévues : une en mars, comme prévu depuis le début de l’année, et une en juin si jamais un confinement avait lieu en mars ou si les épreuves ne pouvaient être organisées pour toute autre raison.

Ces adaptations du baccalauréat doivent permettre aux élèves de Première et de Terminale de « travailler en toute sérénité cette année, pour un baccalauréat réussi et une bonne entrée dans l’enseignement supérieur ».

Plus d’informations seront certainement communiquées dans les prochaines semaines par la direction du lycée. En attendant, les professeurs se montrent rassurants. Il ne s’agira pas d’un « bac en carton » comme certains le craignent. En tout cas, force est de constater que la réforme du bac ne sera pas expérimentée dans son intégralité de sitôt.

Retrouvez le message du ministre de l’éducation nationale aux élèves : https://www.youtube.com/watch?v=I237eE2LGJQ

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.