16 Apr
16Apr

                                                                                                

L'Amatola Trail (6 jours, 100 km) est connue comme "La randonnée la plus difficile d'Afrique du Sud" et on l’a fait !
Son titre est le reflet de l’expérience que nous avons vécu. Évidemment, il y a des randonnées plus difficiles dans la nature, mais en ce qui concerne les sentiers de randonnée en Afrique du sud, celui de l'Amatola est difficile. La randonnée commence à Maden Dam près de King Williams Town et traverse les montagnes de Hogsback jusqu'au village Tolkienesque de Hogsback lui-même. On y croise des cascades et des piscines naturelles de montagne, ainsi que l'ancienne forêt tropicale indigène qui représente plus de la moitié du parcours. Secondes, premières et terminales mélangés, sac au dos et ambition incoercible nous avons franchi nos limites pour réaliser les 106km de marche.         


                     

JOUR 1 : Maden Dam – Gwiligwili Hut (11km)                                                

Nous pensions tous que 11km n’allait pas nous éprouvé tant que ça , mais la leçon que nous tirons de ce premier jour c’est de ne jamais sous-estimer 11 km. La difficulté de cette courte randonnée fut la montée de 700m dénivelés. Tout le long nous nous sommes retrouvés face à ce qui ressemble à des excréments de chiens mais en fait c'était de la terre digérée par des vers de terre géants. Ils peuvent atteindre 1 m de long !    

                         

 JOUR 2 : Gwiligwili Hut – Dontsa Hut (19.6 km)  

La deuxième journée est la plus longue de toute la randonnée et la majeure partie est consacrée à traverser une forêt ancienne et dense où la lumière du soleil a du mal à percer l'épaisse canopée. C'est un régal pour les sens alors que l'on se promène dans une mer de verdure onirique avec le bourdonnement des cigales interrompu par l'appel occasionnel d'un Knysna Lourie.     

JOUR 3 : Dontsa Hut – Cata Hut (19km)                                                  

Nous pensions en avoir fini avec les longues journées de 19 km de marche... Et bien non! L'enchaînement de deux longues journées toutes deux singulières par leurs difficultés, nous a permis de repousser nos limites physiques comme mentales. Les paysages sont à couper le souffle. En quittant la forêt et en montant sur le plateau, l’on découvre un tout nouveau paysage de prairies et une myriade de fleurs sauvages. L'ascension brutale et finale vers Cata Hut est rendue supportable par le magnifique spectacle de chutes d'eau à travers la forêt bien nommée Waterfall.                              

JOUR 4 : Cata Hut – Mnyameni Hut (13.5km)                                           

Le quatrième jour est plus court et plus facile que les autres jours. Il y a de nombreux points de vue, ainsi que de nombreuses piscines et cascades dans lesquelles nous avons pu nous rafraîchir. Après l'ascension initiale depuis Cata Hut, l’on a commencé à descendre une vallée rocheuse. Ces pierres semblaient contenir une grande quantité de fer car elles sonnaient comme une tôle d'acier lorsque nous les tapotions avec les pointes de nos bâtons de marche.                                                                                                                                                                                                         

JOUR 5 : Mnyameni Hut – Zingcuka Hut (19,4 km)                              

Pour l’avant dernier jour, nous nous sommes levés tôt à cause de la distance, mais aussi en raison des nombreux lieux de baignade le long du chemin. À présent, nos corps commençaient vraiment à ressentir la randonnée mais, les arrêts réguliers et les baignades rafraîchissantes ont rendu cette journée agréable. En plus de cela, des pizzas nous attendaient à notre arrivée à la Hutte !                              

JOUR 6 : Zingcuka Hut – Tyume River (16,2 km)                            

Dernier jour de marche ! Nous savions qu’un panneau “CONGRATULATIONS” nous attendait, alors nous avons épuisé nos dernières ressources, chanté nos derniers refrains et avons accompli la randonnée la plus difficile d’Afrique du Sud.       

                      

Enfin, ce qui a rendu cette randonnée inoubliable, c'est la diversité des paysages. Les forêts, les montagnes, les cascades et la flore s'additionnent pour rendre ce sentier unique parmi les sentiers d'Afrique australe. Mais plus encore, la randonnée n’aurait pas été si mémorable si notre groupe avait été différent. Nous sommes sortis de cette randonnée tous unis autour de souvenirs ancrés dans nos mémoires. Parmi eux, des fous rires, des chutes, des chants et même des slogans. C’est pour cela que je souhaite finir mon article par notre signature “UN SEUL BUT LA HUTTE !”                             

 Anaïs Mesbah                                                                         


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.